Appel urgent soutien au Réseau médical solidaire au Salvador

El Salvador : soutenez la solidarité médicale
Mardi 14 juillet 2020


El Salvador : l’autodétermination en temps de pandémie
Appel aux dons


La pandémie au Salvador s’aggrave de façon alarmante. Il ne se passe pas un jour sans que nous entendions parler de morts ou de malades graves parmi nos connaissances et d’autres personnes.
C’est pourquoi nous nous tournons maintenant vers vous pour soutenir le réseau médical de solidarité au Salvador en vous demandant une contribution solidaire.


Une initiative solidaire

Fin juin, quelques femmes du FMLN, dont des femmes médecins, ont échangé des informations sur les « Compas » présentant des symptômes de Covid. Pour beaucoup de « Compas » et personnes malades, même l’achat d’un analgésique est problématique. La décision a été prise : des soins médicaux minimaux seront fournis pour les Compas. Aussitôt dit, aussitôt fait.

Les Compas dont elles s’occupent ont diffusé le message suivant : « Le Front FMLN a organisé une brigade médicale pour nous ». L’information s’est propagée comme un feu de brousse et est devenue une obligation à
l’action. La Red Medica Solidaria, le réseau médical de solidarité est né. En quelques jours, une cinquantaine de médecins s’étaient déjà inscrits pour y participer. Après que le gouvernement ait dû renoncer au
couvre-feu militarisé qui a duré plus de trois mois – un mépris flagrant des décisions pertinentes prises par les plus hautes autorités judiciaires – les visites à domicile sont devenues possibles. Le « Réseau » est de service du matin au soir.


Compte tenu de l’explosion du taux d’infection par le Covid 19, une équipe médicale du FMLN avait déjà fait circuler une série de recommandations pratiques via les communautés et les médias sociaux. Ces recommandations concernent par exemple les médicaments contre les infections secondaires, le traitement du linge des personnes malades, les mesures de distance dans des conditions de vie souvent exiguës ou la gestion du stress psychologique. De nombreuses réactions témoignent du soulagement des Compas à propos de l’action de solidarité.
Les personnes les plus âgées se souviennent des soins de santé fournis par la guérilla dans les années 80.


Tout cela dans un contexte où la vague d’infection croît de façon exponentielle au Salvador comme dans une grande partie du continent. Le système hospitalier s’est déjà réellement effondré. Le personnel travaille généralement avec un matériel de protection insuffisant, beaucoup sont infectés, certains meurent. Les conditions sont dantesques (voir par exemple www.elfaro.net : Diario de un doctor que se enfrenta a la pandemia en primera línea)


Un gouvernement pervers et cynique

Le clan qui entoure le président Nayib Bukele, corrompu jusqu’à l’os, dénigre toutes les forces qui ne sont pas à son service pour ses « erreurs » catastrophiques : Il fait repeindre les murs des hôpitaux existants et parle de rénovation. Il annonce le « plus grand hôpital » d’Amérique latine avec des normes de haut niveau au lieu de construire rapidement des centres de traitement temporaires, comme au Costa Rica, par exemple.

L’hôpital « fonctionne » avec retard, de manière précaire, à une fraction minime de sa capacité supposée et ceci uniquement parce que le personnel et le matériel ont été retirés d’autres hôpitaux qui s’effondrent encore plus. Bukele veut débaucher du personnel qualifié du Guatemala et du Nicaragua, bien qu’il soit nécessaire dans leurs pays. Washington lui interdit de demander à Cuba (exemplaire en matière de Covid) d’envoyer une brigade médicale.


Au lieu d’informer Bukele a suscité une peur psychotique. Malgré l’emprisonnement de milliers de personnes dans de véritables camps d’infection, malgré la brutalité des forces de sécurité, il ose se poser en « sauveur de la nation ». Il est clair que le virus ne peut être contenu que par une population solidaire et informée. Mais cela n’intéresse pas le régime Bukele protégé par les ÉtatsUnis, ni sa base sociale formée des sectes évangéliques fondamentalistes.


Soutien à l’auto-organisation !
La Red Médica Solidaria ne peut pas remplacer le système de santé publique, même si ce système exclut de fait de plus en plus de personnes souffrant du virus et d’autres maladies chroniques. Elle représente une tentative de survie solidaire et auto-organisée sur ce nouveau champ de bataille – la menace de la pandémie, la psychose, la peur et le nouveau fascisme.


Nous avons déjà soutenu le « Réseau » avec une petite contribution. Toutes et tous qui y travaillent le font gratuitement. Il faut de l’argent pour les médicaments, de simples bouteilles d’oxygène, des masques de protection adaptés et bien plus encore. Le confinement extrême a conduit une partie
considérable de la population à s’enfoncer dans la pauvreté. Des milliers de compas ont maintenant besoin d’être soutenus.
Rarement la lutte politique est aussi directement liée à la survie physique et psychique.


Versez votre don à :
Zentralamerika-Sekretariat (ZAS)
Zurich
PC : 80-60518-0
IBAN CH10 0900 0000 8006 0518 0

Ha partido Orlando Blandón, nuestro «Gamarrón», el eterno optimista

Por Viviane Luisier y Gerald Fioretta, internacionalistas residentes en Ginebra, Suiza

El 18 de junio de 2020 ha fallecido en Matagalpa Orlando Blandón, conocido como «Gamarrón». Este 19 será enterrado al lado del compa intenacionalista suizo Ivan Leyvraz en el cementerio de Matagalpa. A Orlando le decían «Gamarrón». Era tan conocido que uno se podía montar en un taxi y decirle al taxista «Déjeme por la casa de Gamarrón».

Orlando nace en Matagalpa el 30 de mayo de 1958 con su gemelo Óscar. Su mama era muy joven y por eso son criados por su abuela. Orlando tuvo 48 hermanos y hermanos de parte de padre.

Empezó a trabajar en el campo de Matagalpa a los 10 años. Nunca logró ir a la escuela porque tenía que ganarse la vida. Participa en la insurrección de 1978 en Matagalpa y después a las luchas de los muchachos. Trabaja después en los 80 como chofer del Ministerio de la Vivienda y los Asentamientos Humanos (Minvah). Ahí conoce a Yvan y a otros internacionalistas suizos. Se queda como chofer y amigo entrañable, inseparable, de Yvan hasta  la emboscada criminal de la contrarrevolución del 28 de julio de 1986, que le arrebata a su hermano de alma y corazón.

Después de la derrota del FSLN en 1990 es uno de los fundadores del organismo no gubernamental ODESAR. Se quedó trabajando de chofer de camión en Odesar hasta su jubilación. Se casó con Damaris y tiene 2 hijas, Indiana y Daniela. Tiene también 3 hijos más grandes antes de casarse con Damaris: el más conocido es Lester.

Foto de 1985: Orlando Blandón, Gerald Fioretta e Ivan Leyvraz

Quisiéramos mencionar algunas vivencias compartidas con él, pero se nos hace difícil, porque el número de estas vivencias es inmenso y tan desordenado como era Orlando. Entonces lo vamos a mencionar a su estilo: desordenadamente.

Su inteligencia psicológica era impresionante; él conocía a fondo las mínimas debilidades de su gente, familia, colegas, compañeros y los imitaba hasta que nos moríamos de la risa,

Su placer en contemplar la humanidad era rara en una persona tan espontánea. Era capaz de platicar con un bolo de la calle escuchándolo de verdad con mucho interés, inclusive sus incoherencias.

Su capacidad de adaptación era muy selectiva. Él se adaptaba cuando le miraba algún interés a la adaptación, así que siempre fue cepillo con las enfermeras cuando fue hospitalizado mucho tiempo por haberse fracturado la pelvis. Él decía que siempre había que ser amigo con las que te iban a pinchar.

Su amor y admiración para su familia, especialmente para Damaris su esposa, ha sido enorme y reconocía que ellos y ellas eran sus caramelitos y confites, en eso incluía a Pierre, nuestro hijo nacido en Matagalpa. Y nunca dejó de preocuparse por su hermano gemelo Óscar, apareciendo en los peores momentos para darle una mano.

Antes que quedara completamente ciego, hizo que nos contara su movilización antes de 1979 como una experiencia que le había dado miedo, pero miedo de verdad, y además no le gustaba que le mandaran como si fuera niño. Ahí es donde él se presentaba como el anti-héroe y el anti-macho, él que tenía sus lados machistas. Y qué lindo como se metió en el apoyo a la gente golpeada por el Mitch, inclusive para su familia. Él fue capaz en plena lluvia de hallar ¡una cajilla de huevos cuando todo nos faltaba, pues sólo agua teníamos, y bastante!

Su inteligencia política lo hizo caminar siempre de frente con el Frente desde los años 70, hasta cuando se daba cuenta de algunos problemas. Pero no hablaba nunca mal de las fuerzas que han sacado a los pobres de la pobreza.

Su cumplimiento y dedicación a su trabajo fue especial. Durante años ha salido a las zonas más peligrosas del departamento de Matagalpa, cuando trabaja en el Minvah, buscando a cómo sacar clavos grandes y pequeños, clavos técnicos y humanos, por las zonas de Wiwilí, Pantasma, El Cuá y Bocay. Es ahí que encontró a Yvan el suizo con el cual ha pasado días y noches de jodedera, amistad y trabajo. Y para estas salidas no soportaba ningún atraso, había que salir temprano, bañado, desayunado y pilas puestas. Manejó camiones durante más de 30 años y no había cerros en Nicaragua donde no se trepara con su camión Mercedes Benz azul, cargadísimo de arena, cemento, ladrillos y otros materiales para las comunidades más pobres del territorio.

No vamos a borrar del cuadro los últimos 5 años de Orlando, cuando a él se le escapó el primer lugar que siempre había tenido en la familia, entre los internacionalistas que frecuentaba, en su trabajo y en todos los lugares por donde él pasaba. En parte por sus esfuerzos y su apoyo, las mujeres de su familia pudieron estudiar. Entonces ya no era el gran jefón de la familia.

En su trabajo, las condiciones cambiaron, o sea que la parte técnica se hizo siempre más necesaria y ya no era principalmente el coraje lo que más necesitaba Odesar, el organismo donde trabajaba. Entonces tampoco ahí pudo seguir como el rey tapudo de este organismo.

Eso es ciertamente el camino de todos y todas nosotros y nosotras: crecer, echar ramas y frutos, pues decaer y nos vamos. «Nadie es eterno en el mundo, ni teniendo un corazón que tanto siente y suspira por la vida y el amor», como dice la ranchera de Antonio Aguilar.

Pero además de perder su posición de líder y payaso conocido, reconocido y querido de casi todos y todas, Orlando terminó de perder la vista. Eso fue demasiado para él. El camino de Orlando terminó de forma muy difícil y nos dio a todos y todas, mucha tristeza.

En eso, cuando comienza la crisis de abril 2018, él ya no puede ver, no puede participar, no puede opinar. Eso aumentó sus dificultades.

Ahora nosotros y nosotras que quedamos, tenemos una gran suerte de haber conocido a Orlando, una persona realmente fuera de lo común. Y tenemos la suerte de tener cada uno y una un montón de recuerdos inolvidables.

Orlando ha muerto, pero vive en cada uno de nosotros. Es el símbolo de la idiosincrasia de Nicaragua, diferente a la de los europeos, pero en este caso sentimos de verdad todo lo que nos ha dado: la capacidad de ir adelante en cualquier situación, la capacidad de reír, no pasar un día sin reír.

Comer, tomar, reír, bailar, llorar, sin límites: eso ha sido la vida con Orlando. No vamos a hacer de él como un ángel ni como un diablo. Pero sí los compas suizos, todos y todas, somos testigos de su energía, optimismo y capacidad de reír y hacer reír a los demás. Con eso nos quedamos: ¡Orlando vive en cada uno de nosotros y nosotras!

Los compañeros/as siempre solidarios/as con Nicaragua

Ginebra, Suiza, 19 Junio 2020

Ay Nicaragua !- Le bulletin de la Solidarité Suisse avec la Nicaragua

Ay Nicaragua ! – Le bulletin de la Solidarité Suisse avec la Nicaragua

Depuis le début de la crise au Nicaragua en avril 2018, la solidarité suisse avec le Nicaragua publie régulièrement des bulletins d’information destinés aux acteurs de la solidarité sur l’évolution la situation sur place.

Les informations, proviennent  de sources diverses :  articles de presse, émissions de radio, publications dans les  « réseaux sociaux », communiqués des mouvements d’opposants comme du gouvernement ; sources qui soulignent  les différents points de vue sur la situation.

Il y a aussi des témoignages vivants venant du terrain que la solidarité suisse connait bien grâce au jumelages et aux comités de solidarité:  par exemple à Managua, Matagalpa, la Trinidad, San Marcos.

Il y a aussi les communiqués de la solidarité suisse et les prises de position d’autres acteurs publiés jusqu’à maintenant.

 Nous mettons à disposition sur cette page les bulletins déjà parus jusqu’ici.

Le Comité ANS


Communiqué n°2- Mouvement de solidarité Suisse avec le Nicaragua

Nicaragua, une crise non résolue dans l’attente de réponses politiques


Même si la violence qui s’est déchaînée dans la dernière quinzaine d’avril au Nicaragua a diminué de façon significative au cours de ces dernières semaines, la crise politique qui affecte ce pays d’Amérique centrale n’a pas trouvé d’issue. Il est urgent de voir se profiler des avancées, et à court terme, avec la participation de tous les secteurs concernés, dans le but de trouver un chemin de consensus durable.

C’est du moins la conviction d’un groupe nombreux d’associations actives depuis 40 ans dans la solidarité avec le peuple nicaraguayen. Le mouvement suisse de solidarité ratifie sa conviction de devoir trouver une solution politique à la crise. De nature à éviter tout risque d’une escalade aboutissant à une guerre civile et qui puisse écarter toute tentation assassine d’intervention militaire étrangère.

La fracture nationale et les polarisations sociales qui se sont produites à partir des faits qui ont éclaté dès le 18 avril 2018 sont une réalité de nature très triste et lamentable.

La douleur laissée par plus de 200 morts, de l’opposition ou du côté sandiniste – certaines sources mentionnent 300 et plus – et les quelques centaines de blessés des deux camps, ainsi que des détenus, cette douleur pèse des tonnes sur l’actualité politique. Avec des conséquences désastreuses pour l’économie nationale – en croissance constante jusqu’en avril 2018 – qui portent directement atteinte aux conditions de vie de l’ensemble de la société nicaraguayenne, en particulier les secteurs les plus défavorisés qui ont subi la destruction de dizaines de milliers de postes de travail.

Ce traumatisme profond ne pourra être absorbé à l’échelle de la Nation qu’à travers un espace de partage de parole entre les représentants de tous les secteurs impliqués.

Ce n’est pas à nous, mouvement de solidarité, de dicter des recettes à qui que ce soit au Nicaragua : ni au gouvernement, ni à l’opposition ni à nos partenaires nicaraguayens avec qui nous travaillons au coude à coude depuis quatre décennies.

Ne nous incombe pas davantage une prise de position sur l’avancement ou non des élections présidentielles ni d’exiger le départ ou le maintien du gouvernement. Ni sur la dynamique d’un retour au « Dialogue National », ni sur le rôle que peut remplir ou non la communauté internationale. Toutes ces décisions sont du ressort exclusif du gouvernement et du peuple nicaraguayen, dans le cadre de référence juridique de la Constitution nationale.

Comme mouvement de solidarité il nous appartient en revanche d’exprimer notre position, déjà avancée le 18 mai dernier, sur la nécessité d’un espace d’échanges politiques concerté comme antidote principal pour s’opposer de façon stratégique à la montée de la violence.

Il nous revient également, comme mouvement solidaire, de requérir des autorités nicaraguayennes d’adopter des mesures pour faire toute la lumière sur les causes des décès et des blessés survenus lors de la crise. D’insister sur de nécessaires enquêtes judiciaires impartiales concernant tous les cas de violence connus. Et des verdicts équitables pour tous les accusés, qu’ils se revendiquent de l’opposition ou du gouvernement, y compris les groupes proches des forces gouvernementales. Tous les citoyens doivent être égaux devant la loi, indépendamment de leurs positions politiques.

C’est à nous également, mouvement de solidarité, d’interpeller l’État et le gouvernement du Nicaragua, qui est, rappelons-le, le principal responsable dans n’importe quelle nation démocratique de la gestion de la politique interne, c’est à nous d’intercéder pour tourner le dos à la tentation de déclencher une large politique de représailles consistant à militariser davantage le pays et à criminaliser systématiquement les acteurs sociaux de l’opposition. Toute réponse à des actes de violence doit être conduite dans le strict cadre de la loi. Les manifestations pacifiques et les différences d’opinion doivent être garanties. Le maintien de l’ordre public doit être de la seule responsabilité des forces de police dûment identifiées.

En demandant cela, nous sommes également conscients que certains secteurs de l’opposition ont recouru à des méthodes violentes (barrages routiers armés, assassinat de policiers et de militants sandinistes, destruction et pillage d’édifices ou de biens publics, incendie de moyens de transports). Ces pratiques criminelles ont provoqué, au moment le plus fort de la crise, une situation dramatique d’insécurité dans plusieurs régions du pays. Avec de graves conséquences sur l’économie nationale et les pires répercussions vécues par les secteurs sociaux les plus vulnérables. Nous ne pouvons accepter ni approuver cette stratégie du chaos et pouvant entraîner un coup d’État défiant l’ordre constitutionnel du pays.

Nous insistons, de notre point de vue, et en fonction des multiples informations et témoignages de nos partenaires et amis proches au Nicaragua, sur le fait que la crise ne pourra se dissiper par un surcroît de répression, de représailles et de persécutions envers ceux et celles qui pensent différemment. Seul un rapprochement politique fait de consensus, de justice et de réparation envers les victimes recensées dénouera la crise qui perdure.

Comme nous l’avons précisé en mai passé, et dans chacun de nos trois bulletins d’information mensuels, nous réitérons notre position : comme acteurs principaux de la solidarité suisse avec le Nicaragua, nous sommes décidés à continuer notre soutien, plus que jamais nécessaire, à nos partenaires organisés sur place dans le pays, ainsi qu’au peuple sandiniste. Nous ne partageons pas la décision de secteurs de la coopération qui entendent se retirer du Nicaragua.

Nous sommes également en désaccord avec les secteurs, en Europe, qui s’autoproclament « de gauche » et qui attaquent unilatéralement le Front sandiniste, en faisant régner un silence indécent sur les actes de violence et les assassinats commis par des groupes nicaraguayens d’opposants, convergeant directement avec des forces qui misent, de l’extérieur du pays, sur une stratégie du chaos.

Nous ratifions notre engagement solidaire avec toutes les associations, groupes locaux, initiatives, ONG du Nicaragua, projets en cours, etc. avec lesquels nous travaillons étroitement depuis le début des années 80. Et qui, en tout temps – y compris lors des derniers mois – ne renoncent pas à la construction d’un pays plus équitable, social et humain, principal héritage vivant et légué par la révolution sandiniste.

Berne, 1er octobre 2018  

Signent les organisations suivantes :

Association Nicaragua-El Salvador de Genève ; AMCA (Associazione per l’Aiuto medico al Centro America) ; Association Maurice Demierre ; E-CHANGER ; Groupe Nicaragua  Jumelage Delémont-La Trinidad ;  Jumelage Bienne-San Marcos ; Solidarité avec le Nicaragua de Zürich ; Zentralamerika Sekretariat (ZAS)  et personnes solidaires de Aigle, Berne, Fribourg, Lausanne et des autres diverses cités de Suisse.

Communiqué n°1- Mouvement de solidarité Suisse avec le Nicaragua

Face à la crise au Nicaragua

 

Les associations et personnes suisses, actives depuis presque quatre décennies dans la solidarité avec le peuple nicaraguayen, suivent avec inquiétude la situation difficile actuelle. Elles déclarent vouloir poursuivre leurs actions de solidarité avec les organisations de base qui s’engagent activement pour l’amélioration des conditions socio-économiques de la population la plus pauvre au Nicaragua.

Les faits de grave violence survenus dans ce pays centre américain depuis le 18 avril – et qui se poursuivent encore aujourd’hui – avec plus de 40 morts reconnus par des sources fiables, préoccupent profondément le mouvement de solidarité suisse avec le Nicaragua.

Restés dans un premier temps sidérés devant cette situation, nous sommes aujourd’hui encore sans réelle explication devant l’amplification du cycle infernal de la violence, tant le sandinisme a toujours démontré sa capacité à surmonter les crises.

C’est le projet de réajustement du système de sécurité sociale qui a été l’élément déclencheur et motivé la mobilisation initiale des retraités et des étudiants, puis d’une partie de la population aux côté des manifestants. Cette situation nous a conduits à certaines réflexions de base échangées lors d’une réunion nationale de la solidarité suisse tenue lundi 14 mai à Bienne.

Il est inadmissible que, depuis quasi un mois de crise, le Gouvernement du Nicaragua n’ait pas encore communiqué la liste officielle des personnes décédées lors des faits, ni expliqué le déroulement des événements, ni surtout assumé la part de responsabilité de ses forces de police, ni communiqué ses regrets aux familles des victimes (les morts suite à la répression policière, les victimes des francs-tireurs, les morts des deux côtés suite aux violences durant les émeutes dans plusieurs villes).

Le Gouvernement du Nicaragua, en tant qu’administrateur de l’Etat, est en charge du maintien de la sécurité et de l’ordre public dans le pays. Il se doit donc de reconnaître aujourd’hui ses responsabilités dans ces événements douloureux, que ce soit en raison du manque de contrôle sur la police, de ne pas avoir été à la hauteur pour donner une réponse rapide suite aux premiers événements ou encore d’avoir laissé faire les actions de la Jeunesse sandiniste qui a attaqué les premières manifestations spontanées provoquant ainsi une escalade devenue aujourd’hui incontrôlable. Depuis, la situation est exploitée par des groupes organisés qui sèment le chaos dans tout le pays (attaques contre des civils, saccages de commerces, barricades, incendie d’édifices publics, etc.).

En conséquence, il y aura un avant et un après avril 2018 au Nicaragua, malgré la guerre médiatique et les rumeurs innombrables qui circulent sur les réseaux sociaux et entretiennent la confusion et les doutes sur les événements et les responsabilités.

Nous saluons la convocation à un ‘Dialogue National’ qui a commencé ce mercredi 16 mai. Nous sommes convaincus que, vu la situation difficile qui perdure dans le pays et durant laquelle la violence n’a pas été maîtrisée, il n’y a pas d’autre voie que la négociation entre tous les acteurs sociaux, politiques, syndicaux et religieux.

Nous saluons également la désignation d’une Commission d’investigation composée de cinq personnalités nationales. Son action pourra être considérée comme positive si elle réussit à investiguer rapidement sur les faits de violence, si elle arrive à faire la lumière sur les responsabilités concernant les morts et les blessés, si elle propose des mesures judiciaires pour sanctionner lesdits responsables et si elle propose des mesures de réparation morales et financières aux victimes ou à leurs familles.

En tant que mouvements de solidarité, nous sommes conscients que dans toute l’Amérique latine, après plus de dix années de gouvernements démocratiques dans plusieurs pays avec des avancées sociales importantes,  des forces réactionnaires tentent de récupérer les espaces politiques et de pouvoir. Ces forces réactionnaires ont aujourd’hui soif de revanche et cherchent et chercheront tous les moyens possibles pour détruire les conquêtes et processus sociaux, sans hésiter à user de méthodes de violence organisée pour semer le chaos dans ces pays.

Nous sommes également conscients qu’un affaiblissement du Gouvernement et de l’Etat nicaraguayen, suite à la réduction de l’espace démocratique et aujourd’hui aux violences, n’aura d’autre conséquence que de favoriser cette avancée de la droite, annihilant ainsi les arguments politiques essentiels des forces progressistes pour soutenir le processus de transformation qui met en évidence le Nicaragua depuis 2007. Nous constatons également que les protestataires d’aujourd’hui, et qui se réclament de gauche, ne disent rien au sujet de la tentative de la droite et de l’impérialisme pour imprimer leur logique réactionnaire à la dynamique actuelle.

Nous souhaitons enfin souligner qu’en ces moments difficiles que traverse le Nicaragua, en tant qu’acteurs  et promoteurs de la SOLIDARITÉ, nous sommes bien décidés à poursuivre notre soutien à nos contreparties au Nicaragua. Nous le ferons avec la même énergie que celle qui nous a conduits depuis presque 40 ans. Nous poursuivrons notre travail avec les mouvements et acteurs progressistes de base, engagés depuis la Révolution sandiniste de 1979 pour construire des changements profonds et des améliorations socio-économiques en faveur des secteurs les plus pauvres de ce peuple héroïque.

Bienne, 14 et 18 mai 2018

Mouvement de solidarité suisse avec le Nicaragua, incluant des organisations, associations, jumelages et des militants des diverses villes de Suisse notamment  Bienne, Genève, Delémont, Zürich, Lausanne, Lausanne, Berne, Fribourg, Aigle et Bellinzona.

 

 

Vous pouvez aussi consulter le communiqué en espagnol publié sur la page web de la Radio La Primerisima à Managua: http://www.radiolaprimerisima.com/blogs/1880/

Le Nicaragua sous dictature…

Le Nicaragua sous dictature… du double standard et du copier-coller

L’ANS souhaite partager ici cet article riche et pertinent de Maurice Lemoine* paru sur le site Mémoires des Luttes, qui traite de l’élection présidentielle du 6 novembre 2016 au Nicaragua remportée par Daniel Ortega, ainsi que sur les oppositions que cette victoire a soulevé auprès de la coalition de droite du pays.

Cette analyse décrit les dernières victoires électorales successives du FSLN, et du tapage médiatique disproportionné fait sur toute décision provenant du gouvernement sandiniste au pouvoir depuis son grand retour en novembre 2006.

Maurice Lemoine revient surtout sur les évolutions sociaux-économiques, qui ne peuvent être niées, apportés par ce parti porté au pouvoir par le peuple nicaraguayen.

http://www.medelu.org/Le-Nicaragua-sous-dictature-du

 

*Journaliste, spécialiste de la situation politique latino-américaine, et ancien rédacteur en chef du Monde Diplomatique.

Fidel Castro-Hommage

A l’annonce du décès de Fidel Castro, nous retranscrivons ici un texte de Ignacio Ramonet, Directeur du Monde Diplomatique-Espagne.
Hasta Siempre Comandante!

 

 

 

*El Fidel que conocí*

Ignacio Ramonet

26/11/2016.

Fidel ha muerto, pero es inmortal. Pocos
hombres conocieron la gloria de entrar vivos en la leyenda y en la
historia. Fidel es uno de ellos. Perteneció a esa generación de
insurgentes míticos – Nelson Mandela, Patrice Lumumba, Amilcar Cabral,
Che Guevara, Camilo Torres, Turcios Lima, Ahmed Ben Barka – que,
persiguiendo un ideal de justicia, se lanzaron, en los años 1950, a la
acción política con la ambición y la esperanza de cambiar un mundo de
desigualdades y de discriminaciones, marcado por el comienzo de la
guerra fría entre la Unión Soviética y Estados Unidos.

En aquella época, en más de la mitad del planeta, en Vietnam, en
Argelia, en Guinea-Bissau, los pueblos oprimidos se sublevaban. La
humanidad aún estaba entonces, en gran parte, sometida a la infamia de
la colonización. Casi toda África y buena porción de Asia se encontraban
todavía dominadas, avasalladas por los viejos imperios occidentales.
Mientras las naciones de América Latina, independientes en teoría desde
hacía siglo y medio, seguían explotadas por privilegiadas minorías,
sometidas a la discriminación social y étnica, y a menudo marcadas por
dictaduras cruentas, amparadas por Washington.

Fidel soportó la embestida de nada menos que diez presidentes
estadounidenses (Eisenhower, Kennedy, Johnson, Nixon, Ford, Carter,
Reagan, Bush padre, Clinton y Bush hijo). Tuvo relaciones con los
principales líderes que marcaron el mundo después de la Segunda Guerra
mundial (Nehru, Nasser, Tito, Jrushov, Olaf Palme, Ben Bella,
Boumedienne, Arafat, Indira Gandhi, Salvador Allende, Brezhnev,
Gorbachov, François Mitterrand, Juan Pablo II, el rey Juan Carlos,
etc.). Y conoció a algunos de los principales intelectuales y artistas
de su tiempo (Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Arthur Miller, Pablo
Neruda, Jorge Amado, Rafael Alberti, Guayasamín, Cartier-Bresson, José
Saramago, Gabriel García Márquez, Eduardo Galeano, Noam Chomsky, etc.).

Bajo su dirección, su pequeño país (100 000 km2, 11 millones de
habitantes) pudo conducir una política de gran potencia a escala
mundial, echando hasta un pulso con Estados Unidos cuyos dirigentes no
consiguieron derribarlo, ni eliminarlo, ni siquiera modificar el rumbo
de la Revolución cubana. Y finalmente, en diciembre de 2014, tuvieron
que admitir el fracaso de sus políticas anticubanas, su derrota
diplomática e iniciar un proceso de normalización que implicaba el
respeto del sistema político cubano.

En octubre de 1962, la Tercera Guerra Mundial estuvo a punto de estallar
a causa de la actitud del gobierno de Estados Unidos que protestaba
contra la instalación de misiles nucleares soviéticos en Cuba. Cuya
función era, sobre todo, impedir otro desembarco militar como el de
Playa Girón (bahía de Cochinos) u otro directamente realizado por las
fuerzas armadas estadounidenses para derrocar a la revolución cubana.

Desde hace más de 50 años, Washington (a pesar del restablecimiento de
relaciones diplomáticas) le impone a Cuba un devastador embargo
comercial -reforzado en los años 1990 por las leyes Helms-Burton y
Torricelli- que obstaculiza su desarrollo económico normal. Con
consecuencias trágicas para sus habitantes. Washington sigue conduciendo
además una guerra ideológica y mediática permanente contra La Habana a
través de las potentes Radio “Martí” y TV “Martí”, instaladas en La
Florida para inundar a Cuba de propaganda como en los peores tiempos de
la guerra fría.

Por otra parte, varias organizaciones terroristas – Alpha 66 y Omega 7 –
hostiles al régimen cubano, tienen su sede en La Florida donde poseen
campos de entrenamiento, y desde donde enviaron regularmente, con la
complicidad pasiva de las autoridades estadounidenses, comandos armados
para cometer atentados. Cuba es uno de los países que más víctimas ha
tenido (unos 3 500 muertos) y que más ha sufrido del terrorismo en los
últimos 60 años.

Ante tanto y tan permanente ataque, las autoridades cubanas han
preconizado, en el ámbito interior, la unión a ultranza. Y han aplicado
a su manera el viejo lema de San Ignacio de Loyola: “/En una fortaleza
asediada, toda disidencia es traición/.” Pero nunca hubo, hasta la
muerte de Fidel, ningún culto de la personalidad. Ni retrato oficial, ni
estatua, ni sello, ni moneda, ni calle, ni edificio, ni monumento con el
nombre o la figura de Fidel, ni de ninguno de los líderes vivos de la
Revolución.

Cuba, pequeño país apegado a su soberanía, obtuvo bajo la dirección de
Fidel Castro, a pesar del hostigamiento exterior permanente, resultados
excepcionales en materia de desarrollo humano: abolición del racismo,
emancipación de la mujer, erradicación del analfabetismo, reducción
drástica de la mortalidad infantil, elevación del nivel cultural
general… En cuestión de educación, de salud, de investigación médica y
de deporte, Cuba ha obtenido niveles que la sitúan en el grupo de
naciones más eficientes.

Su diplomacia sigue siendo una de las más activas del mundo. La Habana,
en los años 1960 y 1970, apoyó el combate de las guerrillas en muchos
países de América Central (El Salvador, Guatemala, Nicaragua) y del Sur
(Colombia, Venezuela, Bolivia, Argentina). Las fuerzas armadas cubanas
han participado en campañas militares de gran envergadura, en particular
en las guerras de Etiopia y de Angola. Su intervención en este último
país se tradujo por la derrota de las divisiones de élite de la
Republica de África del Sur, lo cual aceleró de manera indiscutible la
caída del régimen racista del /apartheid/.

La Revolución cubana, de la cual Fidel Castro era el inspirador, el
teórico y el líder, sigue siendo hoy, gracias a sus éxitos y a pesar de
sus carencias, una referencia importante para millones de desheredados
del planeta. Aquí o allá, en América Latina y en otras partes del mundo,
mujeres y hombres protestan, luchan y a veces mueren para intentar
establecer regímenes inspirados por el modelo cubano.

La caída del muro de Berlín en 1989, la desaparición de la Unión
Soviética en 1991 y el fracaso histórico del socialismo de Estado no
modificaron el sueño de Fidel Castro de instaurar en Cuba una sociedad
de nuevo tipo, más justa, más sana, mejor educada, sin privatizaciones
ni discriminaciones de ningún tipo, y con una cultura global total.

Hasta la víspera de su fallecimiento a los 90 años, seguía movilizado en
defensa de la ecología y del medio ambiente, y contra la globalización
neoliberal, seguía en la trinchera, en primera línea, conduciendo la
batalla por las ideas en las que creía y a las cuales nada ni nadie le
hizo renunciar.

En el panteón mundial consagrado a aquellos que con más empeño lucharon
por la justicia social y que más solidaridad derrocharon en favor de los
oprimidos de la Tierra, Fidel Castro – le guste o no a sus detractores –
tiene un lugar reservado.

Lo conocí en 1975 y conversé con él en múltiples ocasiones, pero,
durante mucho tiempo, en circunstancias siempre muy profesionales y muy
precisas, con ocasión de reportajes en la isla o la participación en
algún congreso o algún evento. Cuando decidimos hacer el libro “/Fidel
Castro. Biografía a dos voces/” (o “/Cien horas con Fidel/”), me invitó
a acompañarlo durante días en diversos recorridos. Tanto por Cuba
(Santiago, Holguín, La Habana) como por el extranjero (Ecuador). En
coche, en avión, caminando, almorzando o cenando, conversamos largo. Sin
grabadora. De todos los temas posibles, de las noticias del día, de sus
experiencias pasadas y de sus preocupaciones presentes. Que yo
reconstruía luego, de memoria, en mis cuadernos. Luego, durante tres
años, nos vimos muy frecuentemente, al menos varios días, una vez por
trimestre.

Descubrí así un Fidel íntimo. Casi tímido. Muy educado. Escuchando con
atención a cada interlocutor. Siempre atento a los demás, y en
particular a sus colaboradores. Nunca le oí una palabra más alta que la
otra. Nunca una orden. Con modales y gestos de una cortesía de antaño.
Todo un caballero. Con un alto sentido del pundonor. Que vive, por lo
que pude apreciar, de manera espartana. Mobiliario austero, comida sana
y frugal. Modo de vida de monje-soldado.

Su jornada de trabajo se solía terminar a las seis o las siete de la
madrugada, cuando despuntaba el día. Más de una vez interrumpió nuestra
conversación a las dos o las tres de la madrugada porque aún debía
participar en unas “reuniones importantes”…Dormía sólo cuatro horas,
más, de vez en cuando, una o dos horas en cualquier momento del día.

Pero era también un gran madrugador. E incansable. Viajes,
desplazamientos, reuniones se encadenaban sin tregua. A un ritmo
insólito. Sus asistentes – todos jóvenes y brillantes de unos 30 años –
estaban, al final del día, exhaustos. Se dormían de pie. Agotados.
Incapaces de seguir el ritmo de ese infatigable gigante.

Fidel reclamaba notas, informes, cables, noticias, estadísticas,
resúmenes de emisiones de televisión o de radio, llamadas telefónicas…
No paraba de pensar, de cavilar. Siempre alerta, siempre en acción,
siempre a la cabeza de un pequeño Estado mayor – el que constituían sus
asistentes y ayudantes – librando una batalla nueva. Siempre con ideas.
Pensando lo impensable. Imaginando lo inimaginable. Con un atrevimiento
mental espectacular.

Una vez definido un proyecto. Ningún obstáculo lo detenía. Su
realización iba de sí. “/La intendencia seguirá/” decía Napoleón. Fidel
igual. Su entusiasmo arrastraba la adhesión. Levantaba las voluntades.
Como un fenómeno casi de magia, se veían las ideas materializarse,
hacerse hechos palpables, cosas, acontecimientos.

Su capacidad retórica, tantas veces descrita, era prodigiosa. Fenomenal.
No hablo de sus discursos públicos, bien conocidos. Sino de una simple
conversación de sobremesa. Fidel era un torrente de palabras. Una
avalancha. Que acompañaba la prodigiosa gestualidad de sus finas manos.

La gustaba la precisión, la exactitud, la puntualidad. Con él, nada de
aproximaciones. Una memoria portentosa, de una precisión insólita.
Apabullante. Tan rica que hasta parecía a veces impedirle pensar de
manera sintética. Su pensamiento era arborescente. Todo se encadenaba.
Todo tenía que ver con todo. Digresiones constantes. Paréntesis
permanentes. El desarrollo de un tema le conducía, por asociación, por
recuerdo de tal detalle, de tal situación o de tal personaje, a evocar
un tema paralelo, y otro, y otro, y otro. Alejándose así del tema
central. A tal punto que el interlocutor temía, un instante, que hubiese
perdido el hilo. Pero desandaba luego lo andado, y volvía a retomar, con
sorprendente soltura, la idea principal.

En ningún momento, a lo largo de más de cien horas de conversaciones,
Fidel puso un límite cualquiera a las cuestiones a abordar. Como
intelectual que era, y de un calibre considerable, no le temía al
debate. Al contrario, lo requería, lo estimulaba. Siempre dispuesto a
litigar con quien sea. Con mucho respeto hacia el otro. Con mucho
cuidado. Y era un discutidor y un polemista temible. Con argumentos a
espuertas. A quien solo repugnaban la mala fe y el odio.

– Ignacio Ramonet es Director de « /Le Monde diplomatique en español/ »,
autor de /Fidel Castro: biografía a dos voces/.

URL de este artículo:
http://www.alainet.org/es/articulo/181964

Te invitamos a sostener el trabajo de ALAI.
Contribuciones: http://alainet.org/donaciones.php

Mas informacion: http://alainet.org
FaceBook: http://facebook.com/America.Latina.en.Movimiento
Twitter: http://twitter.com/ALAIinfo
RSS: http://alainet.org/rss.phtml

______________________________________
Agencia Latinoamericana de Informacion
email: info@alainet.org

Statuts de l’ANS

Notre association est née en septembre 1978, quelques mois avant le triomphe de la Révolution Populaire Sandiniste, le 19 juillet 1979 et s’inscrit entièrement dans le mouvement de solidarité avec la Révolution Populaire Sandiniste au Nicaragua et les luttes de libération, notamment au Salvador.

L’association s’est dotée de statuts à partir de 1989. Vous pouvez les consulter ci-dessous :

Statuts de l’ANS

Actualités ANS

Assemblées générales

Chaque année, les membres du comité de l’ANS se réunissent en assemblée générale. Cette réunion comprend notamment:

  • Le rapport d’activités de l’année écoulée décrivant les actions et projets menés, les faits marquants et les rencontres en lien avec la coopération de l’association avec le Nicaragua et Le Salvador.
  • Le rapport des comptes de l’association présenté par le trésorier, puis son approbation par le vérificateur de l’ANS.
  • Enfin, l’élection du nouveau comité pour l’année à venir.

Notre dernière AG a eu lieu le 22 mai 2019 concernant l’année 2018.

                                                                      PV AG ANS 16 juin 2020

Les rapports d’activités de l’association sont téléchargeables ici:

Rapport activités ANS 2015

Rapport activités ANS 2016

Rapport activités ANS 2017

Rapport activités ANS 2018

Rapport activités ANS 2019

 

Historique de notre Association

 

Notre association est née en septembre 1978, quelques mois avant le triomphe de la Révolution Populaire Sandiniste, le 19 juillet 1979, pour dénoncer la répression de la dictature de Somoza lors des insurrections populaires sandinistes à Esteli et Matagalpa. Elle est fondée par des militant-e-s suisses et latino-américains, notamment par des exilés du cône sud suite à la répression des années 70 en Amérique latine.

 

 

Notre association s’inscrit d’abord entièrement dans le mouvement de solidarité avec la Révolution Populaire Sandiniste au Nicaragua et les luttes de libération, notamment au Salvador. Même si nous soutenons aussi la lutte au Guatemala, nous conserverons le nom d’Association de Solidarité avec le Nicaragua et el Salvador ANS, respectant la décision des militant-e-s solidaires avec le Guatemala d’avoir un comité suisse ad hoc « Guatemala en lutte ».

 

Entre 1981 et 1990, nous avons organisé :

  • La formation de nombreuses brigades d’internationalistes résidant en Suisse à destination du Nicaragua en collaboration avec le réseau des comités Amérique centrale suisses et le ZAS (Secrétariat Amérique Centrale de Zurich) ;
  • Les mobilisations à Genève et en Suisse entre 1981 et 1990 pour la contre-information et la solidarité avec la Révolution Populaire Sandiniste et les luttes au Salvador et au Guatemala ;
  • La participation à la création et au développement de brigades ouvrières, soutenues aussi par l’OSEO (Œuvre Suisse d’Entreaide Ouvrière) et par la FGC (Fédération genevoise de coopération), qui ont œuvré pendant 6 ans, entre 1984 et 1990, avec des « brigades ouvrières » permanentes (minimum 6 mois d’engagement) dans la construction de logement, écoles, réseaux d’eau potable et ateliers) pour plusieurs coopératives agricoles dans la zone de La Dalia/Rancho Grande dans le département de Matagalpa ;
  • Soutien à un projet de développement agricole (cacao, bétail) à la coopérative El Galope/Rancho Grande en 1989 ;

 

Pendant le années 1990 à aujourd’hui, l’ANS continue ses activités solidaires, dont voici quelques exemples :

  • Campagne massive de solidarité avec le Nicaragua après l’ouragan Mitch fin octobre 1998 avec prise en charge par des membres de l’ANS d’un projet de reconstruction de deux ans (1999-2000) cofinancé par la Chaîne du Bonheur, dans les départements de Matagalpa et d’Esteli avec l’ONG locale ODESAR. Deux membres de notre association seront volontaires pendant deux ans dans le cadre de ce projet ;
  • Soutien à la lutte de « plantones » (paysans sans terre) au Nicaragua au début des années 2000. Les accords de « Las Tunas », signés entre le gouvernement Aleman et les associations syndicales des paysans solidaires des « plantones », ont entre autre permis la distribution de terres à plus d’un millier de familles, notamment dans la Zone de La Dalia. Nous avons également soutenu à la légalisation de terres agricoles dans la région d’El Tuma en faveur des familles paysannes y habitant ;
  • Soutien aux sinistrés du tremblement de terre au Salvador en avril 2001 et envoi de militants de notre association pour les tâches de reconstruction ;
  • Participation à des délégations syndicales de solidarité et de soutien au Salvador et au Nicaragua, à des délégations d’observation électorale organisées par le réseau de solidarité suisse avec l’Amérique centrale à chaque élection présidentielle, nationale ou municipale dès 1994 jusqu’à aujourd’hui, au Salvador et au Nicaragua et à plusieurs reprises au Guatemala.

 

Notre association adhère à la FGC au début des années 80 et développera à plusieurs reprises des projets d’information et de coopération solidaires financés par la FGC, surtout au Nicaragua mais aussi au Guatemala et au Salvador.

Aujourd’hui nous nous concentrons sur des projets, comme le développement des potentiels de 180 familles de 6 communautés de La Dalia au Nicaragua.

Nous gardons évidemment un regard attentif sur le développement politique et social, principalement au Nicaragua et à El Salvador, tout gardant des liens personnels et favorisant des échanges réguliers de militant-e-s.